Le kriya yoga

La vie humaine est en proie au changement permanent: nos corps vieillissent, nos perceptions mentales se modifient, notre esprit est sujet aux perturbations relatives à nos changements internes et aux conditions extérieures. Comme nos vies sont généralement tournées vers la quête constante de satisfactions éphémères dans un monde matériel changeant, nous vivons diverses formes de souffrances physiques, morales et relationnelles. Dans ces conditions, quel est ce « bonheur » que nous poursuivons encore frénétiquement jour après jour?

Le yoga postule que la Source du bonheur parfait se trouve en chacun de nous, de manière stable et infaillible, car notre nature véritable n’est rien d’autre que l’émanation et l’expression individuelle d’une Réalité infinie (non soumise aux contraintes du temps et de l’espace), nommée « Dieu » par convention, Conscience pure qui est elle-même Joie, Paix, Amour et Être absolus.

Le yoga dit aussi que si nous cessons de rechercher le bonheur sur le plan sensoriel, dans le monde physique, que nous calmons le flux de nos pensées et retournons notre attention à l’intérieur de nous, alors nous pouvons communier directement avec la Source de la joie, de la paix, de l’amour et de la plénitude. Dans la tradition yoguique, cette Source est appelée le « Soi ». Le Soi n’est pas une chose à « faire » ou à « produire ». Il est là parce que c’est notre vraie nature, l’essence même de notre être. Tout ce que nous avons à faire, nous dit le yoga, c’est de laisser cette Réalité émerger, et réaliser que nous sommes Cela. « Comme le paysan rompt la digue qui empêche l’eau de s’écouler sur ses terres, l’élimination des obstacles est à l’origine de toute transformation. » (Patanjali – Yoga Sutra IV.3.) (1)

Le kriya yoga, comme d’autres yoga, est une voie d’illumination (ou réalisation du Soi). Il est une science vieille de plusieurs siècles dont nous parle déjà Patanjali dans les Yoga Sutra (~4-2e siècle avant J.C.). Remise à l’ordre du jour par une lignée de yogis indiens dès la fin du 19e siècle, elle a été introduite en Occident par Paramahansa Yogananda dès 1920 et popularisée à travers son classique « Autobiographie d’un Yogi » (la version française existe en version papier uniquement).

« Kriya » vient du sanskrit « kr » signifiant action. « Yoga » vient du sanskrit « yug » qui signifie unir, ou relier – en l’occurrence devenir intérieurement Un avec le Soi. Kriya yoga veut donc dire « union à travers l’action ». En d’autres termes, le kriya yoga est une discipline qui a pour but de lever les obstacles (mentaux notamment) qui empêchent la réalisation et le maintien de la conscience supérieure du Soi dans toute action et circonstance changeante de notre quotidien. Le kriya yoga est fait de routines spécifiques qui couvrent la réalité humaine dans sa globalité. L’adepte du kriya yoga accomplit chaque jour une série d’actions qui le rendent peu à peu réceptif à sa nature véritable. Ainsi fait-il des exercices physiques spécifiques, il calme son esprit à l’aide de techniques respiratoires et de concentration, il prie et il médite, il pratique l’étude spirituelle (lectures). Selon l’organisation de son quotidien, le kriya yogi accomplit sa routine principale une ou deux fois par jour, généralement chez lui à la maison. La fréquentation d’un groupe tel que le nôtre (le Centre Kriya Yoga Fribourg) est bénéfique, mais n’est pas une condition obligatoire de la voie.

N’étant pas une religion en soi, le kriya yoga peut être pratiqué par tout chercheur de Vérité sincère, quelle que soit son appartenance religieuse. Le kriya yogi continue donc, si tel est son voeu, de fréquenter les lieux de culte de sa religion d’origine.

Celui qui s’initie dans la voie du kriya yoga commence par pratiquer des techniques de méditation basées sur la récitation mentale de mantras (paroles spécifiques le plus souvent d’origine sanskrite, mais pas exclusivement), ainsi que des exercices énergétiques simples. Après 6 à 12 mois de pratique, le kriya yogi débutant est initié au kriya pranayama (contrôle de l’énergie par le souffle) par un yogacharya (instructeur en yoga) autorisé appartenant à la lignée des maîtres du kriya yoga.

Il existe à l’heure actuelle peu de textes disponibles en français sur le kriya yoga. Le Centre Kriya Yoga Fribourg met à disposition des traductions de textes produits par le Center for Spiritual Awareness sur sa page http://www.centrekriyayoga.ch/sarasvati/. Une introduction et quelques textes sont également disponibles en français sur le site officiel du CSA. Nous encourageons les lecteurs capables de lire l’anglais à se procurer les textes originaux de Paramahansa Yogananda.

Classiques en français:

AY_S             science_sacree_S

Paramahansa Yogananda fit entre autres un commentaire étendu des Evangiles, montrant que le yoga des origines et l’enseignement de Jésus-Christ sont un en essence: l’amour divin est le but le plus élevé de la religion et de la vie, et chacun peut, par la pratique, le manifester pleinement dans l’action quotidienne. « A travers la bénédiction de la Communion avec l’Esprit Saint, la coupe de la conscience humaine est élargie pour recevoir l’océan de la Conscience du Christ. L’adepte du kriya yoga qui cherche à faire l’expérience consciente de la présence de l’Esprit Saint et s’immerge dans le Fils ou Conscience du Christ immanente, atteint de la sorte la réalisation de Dieu le Père et entre dans le Royaume infini de Dieu. » – (Paramahansa Yogananda)

« La seule chose qui limite la conscience de l’âme, c’est de croire erronément à l’idée que nous possédons une identité indépendante. La vérité est que cette conscience est infinie parce que l’âme est une unité de la conscience de Dieu. » – (Roy Eugene Davis)

« Seul ce moi profond et solitaire aime véritablement de l’amour et de l’esprit du Christ. Ce moi, c’est le Christ lui-même vivant en nous et nous en lui, vivant dans le Père. » – (Thomas Merton)
“L’expérience de l’état d’Unité advient lorsque les fluctuations et les changements de l’esprit du méditant sont réduits et pacifiés.” – (Patanjali, Yoga Sutra)

—————————-

(1) Albin Michel, 1991